Chargement en cours... Chargement en cours...
Hypnose pour réguler son appétit - Spécialiste des troubles du comportement alimentaire

Hypnose pour réguler son appétit

Spécialiste des troubles du comportement alimentaire

degradé
hypnose anneau gastrique virtuel
hypnose anneau gastrique virtuel

Troubles du comportement alimentaire


Hypnose et comportements alimentaires :

-Hyperphagie
-Boulimie
-Anorexie
-Grignotage
-Compulsion alimentaire
-Addiction au sucre

hypnose anneau gastrique virtuel
hypnose anneau gastrique virtuel

Le comportement alimentaire


La maîtrise du poids et/ou de la silhouette


Le comportement alimentaire :

Ma façon de m’alimenter ne me paraît pas adéquate mais je n’arrive pas à en changer dans la durée.



La solution en hypnose :
Permettre au poids de se régulariser

« Et pourtant je ne fais pas d’excès… »,
« ça doit être ma constitution… »
« … ou la ménopause, ou la vieillesse… »
Autant de phrases que l’on entend de la part de personnes qui souffrent d’un poids qui les désole au quotidien. La plupart en ont de trop, d’autres pas assez, mais ce qui les rassemble, c’est le mal-être dans le corps, le rejet d’une image dans le miroir et les pensées négatives, quand ce ne sont pas en plus les critiques venant de leur entourage.
Les examens médicaux qui ne révèlent aucune anomalie et les efforts alimentaires démesurés mais infructueux laissent souvent ces personnes démunies et résignées à souffrir.

Alors que cette apparence est parfois régie par une partie d’elles qui essaie de les protéger, et qui n’a pas encore trouvé d’autre moyen pour y arriver.
Par exemple, Sylvie B. qui accordait beaucoup d’importance à son mariage, redoutait d’être tentée un jour par l’adultère : son surpoids la protégeait de la séduction. En travaillant sur le rapport à la séduction et à l’image de soi, sans même aborder les comportements alimentaires ou le poids, elle a perdu 9 kilos en 4 mois après la première séance.

Philippe Z., lui, avait souffert d’être perçu comme le gringalet du collège et n’avait pas trouvé sa place dans un groupe de copains, ce qui l’a ensuite poursuivi à l’âge adulte et avait eu pour conséquence d’altérer ses relations entre collègues. Son excès de poids lui a permis d’être vu et de prendre plus de place. Le travail en hypnose lui a permis de prendre confiance en lui sans avoir besoin de s’imposer par sa carrure, il a perdu les kilos qu’il avait en trop.

Parfois encore, certaines personnes ont une image faussée d’elles-mêmes : elles se voient rondes alors qu’elles sont fines, ou au contraire fines alors qu’elles ont pris du poids. Le travail consiste alors à restaurer une connexion entre l’image consciente et l’image inconsciente, pour que l’organisme gère les réserves de graisse de façon réaliste.


Prendre en charge les troubles du comportement alimentaire

Les troubles du comportement alimentaire sont tous l’expression d’un mal-être qui dépasse de loin la simple volonté de maigrir ou la difficulté de construire son rapport à la nourriture. Ils sont bien souvent le symptôme d’une souffrance réelle, qui ne peut s’exprimer autrement. Dans la plupart des cas, le trouble survient suite à un événement dit déclencheur, le plus souvent un traumatisme. Les personnes qui souffrent de TCA ont en outre des caractéristiques psychologiques assez semblables : ils souffrent de manque de confiance et d’estime de soi, d’excès de perfectionnisme ou encore de besoin de tout maîtriser.
C’est justement sur ces aspects que le travail en hypnose trouve son intérêt. Vous trouverez ci-après quelques TCA courants, mais bien-sûr chaque personne étant différente, l’accompagnement se doit d’être totalement individualisé et basé sur ce que la personne donne comme informations. Il pourra être mené avec votre accord en partenariat avec un suivi médical selon les symptômes (médecin, psychiatre ou diététicien), et n’hésitez pas à me contacter pour discuter avant de venir en séance.

L’anorexie mentale

L’anorexie est animée par une peur de grossir et un besoin obsessionnel de maigrir. Elle touche essentiellement les femmes jeunes, pour la plupart âgées entre 17 et 22 ans. Une force destructrice pousse la personne à cesser totalement de s’alimenter. Le danger de mort par dénutrition ou par suicide est réel.


La boulimie

Tout comme la personne anorexique, la personne boulimique est le plus souvent une femme jeune, qui a peur de grossir et cherche à perdre du poids. Chez elle, la restriction entraîne des crises alimentaires caractérisées par une perte totale de contrôle sur elle-même. Durant la crise de boulimie, elle engloutit des quantités démesurées de nourriture. La crise se solde par des vomissements, souvent provoqués, parfois spontanés. Le secret est un composant essentiel de la maladie. La boulimique met tout en œuvre pour ne jamais être vue en pleine crise et n’en laisse aucune trace.

On trouve ici encore des formes atypiques de ce trouble :
la personne mâche puis recrache de grandes quantités d’aliments, sans que la nourriture ne transite par l’estomac.
les vomissements surviennent suite à l’absorption de petites quantités de nourriture, il devient un réflexe, un conditionnement.

les crises ne sont pas aussi récurrentes que dans la forme classique, elle surviennent moins de 2 fois par semaine.

Les compulsions alimentaires /
hyperphagie


La compulsion alimentaire ressemble beaucoup à la boulimie, mais touche plus d’hommes que les autres TCA (dans 3 cas sur 10). Les crises se manifestent par l’ingestion, en dehors des repas, d’une quantité importante d’aliments appréciés. À l’inverse des crises boulimiques, on y trouve une part de plaisir, même si la faim est absente. La personne sent que son comportement échappe à son contrôle. Pour poser le diagnostic, il est nécessaire que les crises soient importantes, fréquentes, et qu’elles conduisent à une souffrance psychique notable et à un surpoids. En effet, à la grande différence de la boulimie, dans l’hyperphagie, il n’y a pas de comportement dit compensatoire, c’est-à-dire ni vomissement, ni hyperactivité.

L’orthorexie

L’orthorexie peut se définir comme un besoin obsessionnel et acharné de se nourrir de façon diététiquement correcte, sans désir d’amaigrissement. Selon les spécialistes américains, l’orthorexie serait une addiction dont ils qualifient les malades de « Health Food Junkies ». Littéralement : « les drogués de l’alimentation saine ». La notion de plaisir est ici totalement absente, les aliments ne sont pas sélectionnés pour leur goût mais seulement pour leurs vertus. L’othorexique rejette en bloc tout ce qui est mauvais pour la santé, se basant notamment sur ce que disent médias, comme les graisses, la charcuterie, la viande ou encore le fromage, ce qui entraîne de nombreuses carences en nutriments. Elle peut passer plusieurs heures par jour à penser et repenser son alimentation, afin d’être sûre de bien se protéger des additifs, des colorants, des conservateurs… Sa vie sociale en est très affectée...

Les conduites restrictives
obsessionnelles


Les personnes qui souffrent de conduites restrictives obsessionnelles fuient les calories. Elles sont sans cesse au régime, se restreignent sur les quantités et refusent de manger ailleurs que chez elles (au restaurant, chez des amis…). En outre, elles n’invitent jamais personne à partager son repas. Leur comportement ressemble fortement à celui de l’anorexique, mais leur poids reste acceptable, puisqu’elles continuent un peu de s’alimenter. Elles sont néanmoins bien plus maigres que la moyenne.

Le grignotage pathologique

Le grignotage consiste à manger, en dehors des repas, de petites quantités de nourriture prête à l’emploi. Il devient pathologique dès lors que ces quantités forment en fin de compte un gros volume d’aliments, entraînant un surpoids notable, et qu’il est le symptôme d’un réel mal-être. La consommation alimentaire devant la télévision de produits choisis et aimés en grandes quantités en est le dérapage type. Le malade n’a aucune notion des quantités qu’il ingère. Le grignotage pathologique est souvent révélateur d’un état dépressif et angoissé.



La néophobie alimentaire

La néophobie alimentaire est un trouble qui touche essentiellement le jeune enfant. La néophobie signifie littéralement la peur de la nouveauté. En alimentation, il s’agit donc du refus de manger des aliments inconnus. C’est un passage normal dans le développement de l’enfant, mais qui, passé un certain degré, relève du trouble anxieux. Néanmoins, avant de s’alarmer, il est bon de savoir que d’après de nombreuses études, il est nécessaire de présenter environ 11 fois (c’est une moyenne) un aliment nouveau à un enfant pour que celui-ci l’accepte!



Les autres phobies : Il existe autant de phobies que de phobiques. Ainsi, certaines personnes refusent catégoriquement de manger de la nourriture d’une certaine couleur ou ne consomment à l’inverse que les aliments d’une couleur. D’autres rejettent le cru, ou au contraire le cuit. Quant à certains malades, qui souffrent d’une peur panique d’être contaminés par des microbes ou d’être empoisonnés, ils font barrages à de très nombreux aliments (ceux exposés à l’air libre dans les rayons du supermarché, ceux gardés trop longtemps au réfrigérateur ou au contraire, ceux qui se conservent dans un placard…). Ces peurs, qui se traduisent par une distinction très nette entre les aliments interdits, tabous, et les autres, sont difficiles à expliquer, mais témoignent souvent d’une atteinte grave de la personnalité.

(Source : Psychologies déc 2010)

Le Rééquilibrage Alimentaire est la seule manière de perdre de poids efficacement.


Rien n'est plus décourageant que de reprendre en quelques jours tous les kilos perdus au prix de tant d'efforts ! Ces personnes ont besoin de développer leur réflexe naturel d'arrêter de manger lorsqu'elles sont à satiété.

Il est à retenir que chaque régime contient des points forts mais aussi des points faibles et ne tient pas compte de la programmation inconsciente liée à la nourriture ainsi que des enjeux émotifs liés au comportement alimentaire. En réalité les régimes ne "s'attaquent" pas à la cause réelle de prise de poids, et c'est pour cette raison qu'ils sont tous voués à l'échec.

Plus on veut contrôler moins on contrôle... Il faut donc apprendre à déléguer ce contrôle à la partie de vous qui possède la clé de vos régulations alimentaires, celle qui est responsable de la sensation de faim et de la sensation de satiété...

Dès que le régime est arrêté, votre poids revient rapidement à sa valeur initiale puisque ce poids est dû à de mauvaises habitudes alimentaires et s'il vous est difficile de modifier ces habitudes alimentaires c'est parce qu'elles répondent à des besoins inconscients.

La partie de vous qui tente de répondre à vos besoins inconscients par un apport de nourriture fera tout pour reprendre le pouvoir dès que vous baisserez la garde !

De plus en plus, les spécialistes s'accordent à dire que, pour un grand pourcentage de gens, le problème d'obésité ou d'embonpoint est relié à des problèmes psychologiques. Parmi ceux-ci on retrouve en première ligne la mésestime de soi, les émotions refoulées menant à de fausses perceptions et à des distorsions de la réalité.

Émotion et appétit


La nervosité et le stress peuvent entraîner la consommation compensatoire de nourriture, c'est bien connu.

Aussi, provoquer une situation de détente peut à elle seule générer la régulation du poids. La prise de poids est liée à de trés nombreux processus souvent d'ordre émotionnel, parfois d'identification ou de culpabilisation qui peuvent être positivement influencés par une relaxation et des suggestions hypnotiques siblées autour de ces différents thèmes.

Hypnose pour se libérer de l'addiction au sucre
Hypnose pour se libérer de l'addiction au sucre

Se libérer du sucre


La dépendance aux saveurs sucrées peut être comme une envie de douceur, un "doudou" qu'on retrouve avec un aliment ou une série d'aliments au goût sucré.

La dépendance au vrai sucre ou à des aliments qui n'ont pas de saveur sucré mais sucre rapidement le sang, pet répondre à un besoin cérébral de substances apaisantes et bonnes pour le moral. Dans tous ces cas une routine mentale c'est installée et va diminué et disparaître grace à un recadrage hypnotique.

Hypnose pour se libérer de l'addiction au sucre
Hypnose pour se libérer de l'addiction au sucre
Hypnose et Boulimie : Une solution efficace
Hypnose et Boulimie : Une solution efficace

Gérer la boulimie


La boulimie vraie est un palliatif pour quitter quelques instants le monde des angoisses, du mal vivre, de certains souvenirs douloureux...

Cette faculté de se mettre en hypnose en mangeant aussi vite et autant que possible, n'est pas donnée à tout le monde.

Ceux qui l'ont expérimentée et la pratique régulièrement aimeraient pouvoir définitivement s'en débarasser et éviter les sentiments de culpabilité et la perte de l'estime de soi qui lui font suite ou encore les conséquences sur le poids et, ou, le système digestif.

Les séances d'hypnose vont vous permettre d'atteindre votre inconscient et de faire émerger ces besoins inconscients vers la conscience.

En état d'hypnose on peut changer la perception que la personne a de certains aliments. La rendre indifférente aux produits hypercaloriques, développer une attirance pour les fruits et légumes ou encore transformer sa vision d'un moment de convivialité. La personne en état d'hypnose est amenée à se regarder vivre. Elle prend ainsi conscience de ses agissements et de ses mécanismes et peut chercher de nouvelles réponses à ses besoins. Avec le temps ces nouveaux réflexes s'assemblent et ainsi on développe de nouveaux automatismes qui progressivement vont remplacer les anciens. Pour obtenir des résultats il faut compter entre 3 à 4 séances le premier mois, puis 1 à 2 par mois les mois suivants. Tous les hypnothérapeutes ne proposent pas un tel suivi, méfiez-vous !

Ceux qui vous garantissent une perte de poids importante en deux séances seulement sont des charlatans. Le traitement doit se dérouler sur une période de 2 à 6 mois en fonction du poids à perdre.

Vous allez créer une nouvelle image de vous même, une excellente image qui vous correspond vraiment, avec laquelle vous êtes en accord, une image cohérente et compatible avec le simple fait d'être bien dans sa peau.

Des séances d'entretien peuvent ensuite être prévues si le patient ressent le besoin d'être soutenu.

Plus les personnes sont âgées, plus la perte de poids est lente.

Hypnose et Boulimie : Une solution efficace
Hypnose et Boulimie : Une solution efficace

Me contacter:

Valérie Blanchard
14, rue Victor Hugo
84000 Avignon

0782757593
valerieblanchard.psy@gmail.com

Focus sur les troubles alimentaires et la perte de poids